PRINCIPE

L’oxygénothérapie hyperbare est un traitement médical naturel basé sur l’action conjointe de l’oxygène et de la pression. L’oxygénothérapie hyperbare (OHB) est définie comme l’inhalation d’oxygène pur (100 %), par un sujet placé dans un caisson d’acier ou de polymères, à des pressions supra-atmosphériques (1,5 à 3 ATA).  Le but thérapeutique recherché est l’augmentation de la portion dissoute d’O2 dans le sang du patient.

La règle d’usage de l’environnement hyperbare propose une utilisation d’une durée de 90 minutes environ à raison de 1 à 5 traitements par semaine, selon l’indication.

 

  UN PEU DE PHYSIQUE

Les mécanismes d’action de l’OHB peuvent être expliqués par les trois lois physiques suivantes.

La loi de Boyle-Mariotte définit qu’à température constante, le volume (V) d’un gaz est inversement proportionnel à la pression (P). Autrement dit, le produit P x V est une constante.

Pa x Va = Pb x Vb 

Lorsque la pression augmente de 1 ATA à 2 ATA, le volume du gaz diminue de 50%, alors qu’une même augmentation de 4 ATA à 5 ATA, n’entraine une variation que de 5% du volume initial. Ce phénomène est primordial dans le traitement des embolies gazeuses car il permet de réduire le volume des bulles de gaz présentes dans le système sanguin du patient.

 

La loi de Dalton met en évidence que la pression d’un mélange gazeux peut être considérée comme la somme des pressions de chaque gaz le constituant (pressions partielles PP).

 PPgaz1 + PPgaz2 + …+ PPgazn = Pmélange

Pour augmenter la Pression Partielle d’oxygène, il suffit donc d’augmenter sa concentration (jusqu’à 100%) et/ou la pression du mélange. Le tableau suivant présente quelques situations.

 

La loi de Henry stipule qu’à température donnée, les gaz se dissolvent dans les liquides proportionnellement à la pression partielle de chacun de ces gaz.

Cgaz = PPgaz / Hgaz   (H est la constante de Henry du gaz concerné)

Par conséquent, plus la pression partielle d’oxygène augmente, plus la quantité d’oxygène dissous dans le sang sera importante.

 

Grâce à ces lois, nous pouvons calculer la quantité d’oxygène absorbée par l’organisme lors d’un traitement hyperbare.

 

PHYSIOLOGIE

L’oxygène est essentiel au fonctionnement du corps humain. Il est présent dans l’air ambiant à une concentration de 21% environ. Il est absorbé lors du cycle de respiration par les poumons, puis il passe dans le sang qui le transporte dans tout le corps. L’oxygène est transporté dans le sang sous deux formes :

– Combiné à l’hémoglobine sous la forme d’oxyhémoglobine

– Dissous dans le plasma

Dans l’air ambiant et à pression atmosphérique (1 ATA), l’oxygène transporté sous forme d’oxyhémoglobine est la plus importante, tandis que la forme dissoute est faible, respectivement 19.7 ml par 100 ml de sang contre 0.285 ml par 100ml de sang. Toutefois, l’importance physiologique de l’oxygène dissous est considérable car c’est sous cette forme qu’il diffuse vers les tissus et assure l’approvisionnement cellulaire.

L’OHB vise essentiellement l’augmentation de l’oxygène dissous dans le plasma dont la quantité est régie par la loi de Henry. Le tableau suivant présente l’évolution de la quantité d’oxygène dissous. À 3 ATA et 100% d’O2, cette quantité peut atteindre 6 ml par 100 ml de sang et la vie devient possible sans globule rouge. Dans ces conditions, la quantité d’oxygène dissous est suffisante pour couvrir les besoins totaux de l’organisme (Boerema en 1959).

 

L’oxygénothérapie hyperbare permet de saturer le plasma sanguin d’oxygène rendant moins « énergivore » le processus d’osmose cellulaire et permettant ainsi la pénétration de l’oxygène directement au niveau des cellules.

 

 

MÉCANISMES D’ACTION

Effet de l’augmentation de la pression

Suivant la loi de Boyle-Mariotte, le volume d’un gaz diminue à mesure que la pression augmente. Cet effet est particulièrement utilisé dans le traitement des embolies gazeuses et des accidents de décompression.

 

Effet de l’augmentation de la pression partielle en oxygène

L’inhalation d’oxygène pur (100%) à des pressions élevées (2,5 à 3 ATA) permet d’augmenter de 15 à 20 fois la quantité d’oxygène dissout dans le sang et les tissus. Cette quantité d’oxygène permet de couvrir les besoins totaux de l’organisme et ainsi palier à un dysfonctionnement de l’hémoglobine comme dans les cas d’intoxication au monoxyde de carbone.

 

Effet vasoconstricteur

La vasoconstriction est la diminution du calibre d’un vaisseau sanguin. L’élévation de la pression d’oxygène dans le sang artériel amène une vasoconstriction réactionnelle des petits vaisseaux sans baisse significative du contenu en oxygène livré aux tissus. L’oxygénothérapie hyperbare contribue donc à diminuer l’œdème (enflure) de certains tissus ou organes.

L’OHB permet une redistribution de l’oxygène en faveur des tissus mal oxygénés induit par un phénomène de vasodilatation des vaisseaux (augmentation du calibre d’un vaisseau).

 

Effet anti-infectieux

L’augmentation de la pression en oxygène a un effet bactéricide sur les bactéries anaérobies et favorise l’action des globules blancs, éléments essentiels de la défense immunitaire de l’organisme.

 

Effet anti-ischémique

L’ischémie est la diminution de l’apport sanguin artériel à un organe, menant à l’hypoxie puis à l’arrêt potentiel de sa fonction. En améliorant l’élasticité et la souplesse des globules rouges, l’OHB permet à ceux-ci de mieux se faufiler dans des petits vaisseaux lésés. Jumelé à l’augmentation de la quantité d’oxygène dissout dans le sang, ce phénomène permet de lutter contre l’ischémie grâce à une meilleure oxygénation des tissus.

 

Effet cicatrisant

L’OHB amène une meilleure cicatrisation des tissus lésés. En effet, elle accélère la synthèse du collagène par les fibroblastes, processus fondamental de la cicatrisation, et stimule la formation et la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins (néovascularisation).